Le Film

Les Animaux FantastiquesAux prémices de la magie

Synopsis : 1926. Norbert Dragonneau rentre à peine d'un périple à travers le monde où il a répertorié un bestiaire extraordinaire de créatures fantastiques.
Il pense faire une courte halte à New York mais une série d'événements et de rencontres inattendues risquent de prolonger son séjour.
C'est désormais le monde de la magie qui est menacé.

Voir la bande annonce

Du livre
à l'écran

La saga Harry Potter c’est 7 livres traduits en 67 langues, 8 films ayant généré 7,68 milliards de dollars au box-office mondial et, surtout, un héros inoubliable. Si l’ultime opus de l’octalogie (Harry Potter et les reliques de la mort – partie 2) a laissé les fans orphelins en 2011, ceux-ci peuvent se consoler avec une nouvelle saga : Les Animaux Fantastiques. Déclinée de la franchise initiale, elle invite le spectateur à se replonger dans un monde ensorcelé dont il est familier, à travers une nouvelle intrigue et de nouveaux personnages. Amis ou ennemis ? C’est ce que devra déterminer Norbert au gré des péripéties mouvementées qui l’attendent sur le sol américain. Une histoire empreinte de mystère, dont le seul lien existant avec la saga originelle est un manuel scolaire sur une étagère de Poudlard, intitulé Vie et habitat des animaux fantastiques et signé d’un certain Norbert Dragonneau.

Livre

J.K. Rowling
scénariste

À l’origine du projet, on trouve la seule auteure qui puisse légitimement prolonger l’aventure aux yeux des puristes, J.K. Rowling. La 'mère' d’Harry Potter délaisse son apprenti sorcier à lunettes pour un héros qu’on adore déjà. Norbert débarque à New York en sa qualité de magizoologiste. Une profession née de l’imagination de l’écrivaine, qui a couché la trame de cette nouvelle histoire dans le livre court Les Animaux fantastiques (Fantastic Beasts and Where to Find Them, en VO). Paru en 2001, la même année que le manuel du Quidditch à travers les âges, il répertorie les créatures magiques étudiées par Norbert, à la manière d’un dictionnaire. En se dissimulant derrière le nom de plume de son personnage, J.K. Rowling joue sur la mise en abyme, pour mieux brouiller les pistes entre réalité et fiction. Jusqu’alors conseillère sur la saga Harry Potter, l’écrivaine prend du galon en s’attelant de A à Z au scénario des Animaux Fantastiques. Une première !

David Yates
J.K. Rowling

5 Spin-off
prequels

Déjà ravis de savoir qu’un spin-off était sur les rails, les fans ont eu la joie d’apprendre que Les Animaux Fantastiques serait le premier opus d’une pentalogie. Une annonce faite dans le cadre du fan event 'Retour au monde des Sorciers', organisé simultanément dans plusieurs grandes villes. 5 longs métrages qui présagent d’une époustouflante plongée dans un univers de tous les possibles, où il n’est pas rare de voir une étonnante créature fendre le ciel, ni qu’une valise en apparence ordinaire prenne des airs de Portoloin. Le premier volet de cette nouvelle saga se déroule au milieu des années 1920, soit environ 80 ans avant qu’Harry Potter ne fasse sa première rentrée à l’école de magie de Dumbledore. Un bond dans le passé qui rappelle que la magie a toujours existé. Souvenons-nous que les quatre maisons de Poudlard ont justement été érigées dès le Moyen-Âge. C’est dans ce contexte que le spin-off des Animaux Fantastiques se dévoilera sous la forme de 5 prequels, permettant d’étendre, en amont, un univers dont on pensait connaître les moindres détails. Et pourtant…

Dédié aux
Potterheads

Potterheads

Très proche de ses fans – affectueusement surnommés Potterheads – J.K. Rowling leur avait réservé la primauté du projet de film, en annonçant la bonne nouvelle sur sa page Facebook, dès 2013. Depuis, elle a distillé quelques indices quant aux éléments fondamentaux qu’on trouvera dans le premier volet. Comme l’école Ilvermorny, qui est aux États-Unis ce que Poudlard est à la Grande-Bretagne. Fidèle à la saga qui l’a consacré comme réalisateur en lui offrant 2 BAFTA, David Yates (Tarzan) rempile à la mise en scène. Avec son nom en haut du générique des quatre derniers volets d’Harry Potter, il était tout désigné pour poursuivre le travail entrepris sur la franchise d’origine. Très enthousiaste, le cinéaste a déclaré à la presse que sa lecture du scénario avait été « une évidence », détaillant : « Le script était charmant, émouvant, tendre. C’était frais, avec des tas de gens avec qui j’aime vraiment travailler dedans ». Tous les ingrédients pour une nouvelle cuvée cinématographique magique à souhait.

Films

Le saviez-vous ?

Le film

Au départ, le manuel des Animaux Fantastiques devait faire l’objet d’un documentaire. Une révélation de Lionel Wigram, producteur exécutif de la moitié de la saga Harry Potter et aujourd’hui coproducteur du spin-off. Finalement, c’est le registre de la fiction qui a été privilégié.

Daniel Radcliffe a confié, dans un sourire, être jaloux du costume « brillant » d’Eddie Redmayne. S’adressant à son successeur, il lui a lancé : « J'ai porté un jean et un sweat pendant dix ans et tu as déjà droit à un super manteau ? ». Pas de doute, la complicité est magique entre l’interprète d’Harry et son successeur !

À spin-off ambitieux, chiffres vertigineux ! Et ceux de la conception des Animaux Fantastiques ont de quoi donner le tournis 350 ouvriers mobilisés au plus fort du tournage et 11.000 figurants, qui ont dû se séparer de leur téléphone portable pour des raisons de confidentialité. Encore plus efficace qu’un sort de Silencio pour lutter contre les fuites.

Londres

Bien que situé aux Etats-Unis, Les Animaux Fantastiques a été tourné dans les emblématiques studios de Leavesden, en Grande-Bretagne, où les huit films Harry Potter ont été réalisés. La ville de New York a également été reconstituée à Liverpool, au nord-ouest de l’Angleterre.

Les Potterheads le savent : chaque baguette magique est unique. Cet accessoire indispensable aux sorciers a révélé l’éco-responsabilité d’Eddie Redmayne, qui souhaitait que sa baguette soit bio. Consulté par l’équipe technique, l’acteur a demandé qu’elle soit en frêne afin qu’elle corresponde à son humble propriétaire. La seule extravagance de cette alliée de bois est d’être agrémentée de la nacre d’un coquillage.